la salive

La salive

Tout le monde en Corse, sait qu' il est défendu de complimenter un enfant sans dire « que Dieu le bénisse » en crachant par terre ou sur le berceau

ou en lui mettant un peu de salive sur la tête.

La salive véhicule la vie, mais son effet peut être double.

Etant chargée de la puissance interne de la personne, si cette dernière est maléfique ou malade, elle devient négative.

Elle peut unir ou dissoudre, guérir ou salir, être associée à l’insulte.

Elle a des propriétés communes avec le sel : son pouvoir cicatrisant et désinfectant.

On retrouve le mot sel dans le langage : salvare = sauver, salute = santé.

En Corse comme en Mésopotamie, elle agit comme un réceptacle et absorbe soit le bon, soit le mauvais qui se retrouve transféré sur l’enfant qu’on complimente.

Jésus crache sur les yeux de l’aveugle puis y pose ses mains pour lui redonner la vue.

Nous voyons bien là, les rapports entre la salive, les yeux, les mains et la guérison.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !